Ironman Zurich vu par Marie

Voilà, c'est fait ....
Le 31 juillet à Zurich, je suis devenue une Ironwoman. Dans l'excitation, l'émotion, la joie, et la douleur aussi ... Bien sûr.
10h de route en voiture avec un départ de Bordeaux à 3h du mat le vendredi. Surtout ne rien oublier ....
Le passage en Suisse : ça commence à sentir bon ! On croise une ville qui s'appelle Bière ( je vous jure, j'ai une preuve) ! Au fait, les Suisses n'aiment pas se faire doubler.
Arrivée sur site, le lac est clair et magnifique ! Je cherche déjà les bouées ...
Retrait du dossard et de mon beau sac Ironman: Check! Briefing en français : Check! Va pas falloir s'écarter du règlement, ça plaisante pas avec les Suisses ...
A l'hôtel on croise plein de triathètes : petit coup d'œil au bras pour voir si on porte le fameux bracelet jaune fluo, sésame absolu et signe d'appartenance à la Secte ...
La journée du samedi trop longue, le vélo est en place dans le parc, les sacs bleus et rouges accrochés . Ironman est une sacrée machine bien huilée !
Dimanche.
Lever 4h après une nuit plutôt calme. Petit déjeuner qui passe moyen vu l'horaire.
Une navette nous amène de l'hôtel vers le site. Derniers  réglages sur le vélo ( ouf, pas de pneus à plat !). Et on assiste à un superbe lever du soleil sur la lac ... L'émotion monte crescendo.
Petite mise à l'eau pour s'échauffer , elle est bonne. Et on s'installe dans les sas de temps ( j'ai choisi 70/80 min).
Bip bip bip bip, biiiiiiiip! Départ toutes les 5 secondes par vagues de 8 athlètes  (inutile de vous dire qu'on a démarré pile poil à l'heure... Ah ces Suisses!). Bientôt mon tour.
C'est ma journée aujourd'hui ! Je commence à avoir un ou 2 sanglots, trop plein d'émotion ... Calme, tu vas avoir besoin d'énergie....
Biiiiiiiip !!!! C'est parti

Natation idéale, je pose ma nage, surtout ne pas mettre trop d'intensité. Pas moyen de me caler sur un poisson pilote, tant pis je vais à mon rythme. Je crois que je l'ai été pour quelqu'un par contre. Après 3950m ( lol) je sors un peu titubante en 1h18, conforme à ce que je m'étais fixé ( merci à ma super combi Huub acquise quelques jours avant la course grâce à la réactivité de Thierry).
Une transition correcte et presque parfaite .... Hormis l'oubli de crème solaire sur le dos, qui m'aura valu des brûlures au 2nd degré. Je ne me ferai plus avoir, parole de brûlée !
C'est parti pour 2 tours de vélo de 90 km donc. Je roule bien, je suis limite euphorique et j'en prends plein les mirettes ! Les Alpes en toile de fond, le ciel bleu, le lac époustouflant ! Oui le soleil aussi .... Je dépasse mon petit Pierre sans avoir la présence d'esprit de lui mettre la fameuse petite tape sur le cul ! Piqué au vif il me laisse sur place aussitôt !
On me l'avait vendu pour un circuit roulant et assez plat. Non. Des petits cols, des faux plats montants qui n'en finissent pas, une pente à 16 ! Mythique celle là, avec la foule qui t'encourage comme au Tour de France, à 10 cm de toi !! Magique ! Et reboostant ....
2nd tour. Moins fun, ça commence à tirer sur la fin, je double à nouveau Pierrot qui me redouble pour s'envoler vers l'arrivée.
6h41 de vélo, 26,6 de moyenne, ça va même si j'avais visé 27 de moyenne, vu le parcours je suis contente.
Moment de vérité. Transition encore correcte et toujours sans crème solaire.
Mon pied gauche va t'il tenir le coup? La douleur de mon aponévrosite va t'elle m'empêcher de courir? Ça fait 2 mois que je ne cours plus ...
4 tours à faire. 1er tour ça pique déjà niveau musculaire, je commence à avoir des pointes de douleurs aux quadris ?? C'est quoi ça ?? Merde.... Des crampes ... 2nd tour. Les crampes s'intensifient et se propagent aux mollets, les 2 jambes sont touchées ... Il faut que je marche ! Déjà ?? L'enfer sur terre commence, c'est sûrement excessif comme expression mais c'est vraiment ce que j'ai ressenti sur le moment. Je ne sais pas comment j'ai couru les 2 autres tours, j'ai des " blancs" .... Sûrement au mental, parce-que les jambes elles voulaient vraiment plus.
Je me souviens avoir couru vers la ligne d'arrivée et avoir souri. Après, j'ai vomi.
6h15
14h26 au total

Bon désolée c'est un peu long comme CR ... Nono's style .... !
A froid, je pense que je me suis mise une pression énorme, à vouloir faire le mieux possible, à ne pas décevoir toutes les personnes qui m'ont encouragée, qui ont cru en moi, qui ont vécu la course en direct, ma famille, mes enfants, mes amis, mes coaches, mon club ....
A froid, je commence à mesurer l'exploit que j'ai accompli.
A froid, je suis fière de moi. Enfin.
Et au prochain, je vaincrai le marathon.

Marie, Ironwoman :-)

Rechercher