Les 24heures du Mans vélo (By Nono)

...Je vais essayer de faire court, pas sûr de pouvoir résumer cette course en quelques lignes. (bon je viens de me relire, c'est aussi "court" que d'habitude, lol !!!) Préparation : Clairement, on (Gaïta et moi) n'a pas réellement préparé cette épreuve. Peu de vélo cet été depuis le w-e du 14 juillet, et surtout nous n'avons pas pu faire les sorties avec le groupe de Léognan (pour "prendre des roues" et travailler les changements de rythme) comme prévu. Même si l'objectif n'est que de participer et prendre du plaisir, on reste avant tout des compétiteurs avec toujours l'envie de bien faire. On n'a pas établi de stratégie définitive, mais dans l'idée, on sait qu'on pourra faire les 4x1h théorique, même si la fin sera dure. Reconnaissance du circuit : Elle était possible "à la fraiche" de 8h30 à 9h30, histoire de voir un peu ce parcours et surtout prendre ses marques, notamment dans la montée du Dunlop, seule difficulté du parcours mais qui va revenir souvent ... très très souvent !! Eh bien ... ça monte !!! Alors ok, 2-3 fois, ça va, mais on n'est pas des "coureurs cyclistes" avec l'habitude de tourner sur des petits circuits, et personnellement le pourcentage d'inclinaison me fait me rendre compte que je n'ai pas la préparation nécessaire pour la passer bien, "au jus", sur le premier relai comme je l'aurai souhaité. Par contre tout le reste du circuit est plat ou faux plat descendant, à l'exception de 2 petits faux plats. On découvre le vent, qui jouera son rôle, et on voit bien qu'une fois la montée passée, le reste du parcours passe très très vite, ça ne me donne pas l'impression de faire 4,2 kms. Le revêtement est parfait, un billard, et c'est super large donc pas trop d'angoisse pour faire passer tout le monde. On profite donc tous les 6 de ces quelques tours, montrant fièrement nos belles couleurs toutes neuves, merci les sponsors (Mutuelle familiale du Loiret, transports Mercier et Traid), pauses photos obligatoires pour immortaliser l'évènement ! Départ et 1er relai, 15h Volontaire pour le baissé de drapeau, mes coéquipiers n'ont pas insisté pour prendre ma place (lol). Il faut dire que 450 équipes au départ, ça va faire du monde, et traverser la piste avec des cales et partir au beau milieu de tout ça pour quelques tours rythmés, ça peut effectivement rebuter. Pas moi, ça m'excite !! La procédure de départ est longue, presque 45 minutes, le temps d'écouter les hymnes de 13 pays représentés notamment. Le papa d'Elsa tient mon vélo, la roue arrière collée au mur des stands. J'en profite pour me reposer, assis par terre, et discuter avec mon voisin qui en est à sa 6ème participation (sur 7 depuis l'origine). 3 min avant, un décompte à la minute se met en place, tout le monde a les yeux rivés sur Luc Alphand qui baissera le drapeau pour lancer l'épreuve, tradition des 24h. J'ai changé mes cales de vélo le matin, j'ai confiance au petit "tampon" en dessous pour m'assurer le grip nécessaire pour ne pas me vautrer ... lol A un moment, je me penche un peu en avant pour "mieux voir" et instantanément le drapeau tombe !! Je profite de mon déséquilibre pour lancer ma foulée et effectuer un départ "parfait", vidéo à venir. Je prends le vélo, fais quelques mètres en le poussant, l'enfourche et .... tente de mettre ces foutues cales dans les pédales .. les Look c'est pas le top pour ça !! Ca me double de tous bords, je double et on est déjà dans le bas de la montée. Comme on n'était pas trop mal placés sur la grille, au premier tiers environ, il y a un paquet de "morts de faim" derrière et la montée est sacrément animée. On bascule, descente, virage, relance, ça s'étire doucement (comprendre par là qu'on n'est plus qu'à 10 de front au lieu de 20 !!!). Le compteur s'affole, plus de 50 à l'heure, c'est parti et bien parti. Un cassure se fait, 50 m devant moi, les mecs laissent faire le trou. Je trouve ça couillon donc j'embraye et j'essaie de revenir, pour tenter de faire le relai dans le ou les groupes les plus rapides. Je me "tape dedans", personne ne veut me relayer, je reviens à 20m du dernier au début de la ligne droite et je vois bien que je ne pourrais pas aller le chercher tout seul ... mais personne ne m'aide .. ! Je me relève, me replace un peu à l'abri dans ce paquet de 200, dommage, il y en a autant devant !! Ligne droite des stands avalées, la montée est rapide, le cardio au taquet en haut et c'est reparti !! Pas de bol pour moi, je suis tombé dans le groupe des "calculateurs", entendre par là se préserver au chaud sans prendre un relai. Résultat, le groupe avance par à-coups, ça freine dans le faux plat suivant la descente, c'est nerveux, et un peu nul je trouve. Je m'attendais à passer 1h quasi à bloc, c'est loin d'être le cas. Après 2-3 tours à prendre des relais en vain avec quelques autres, je me résigne et décide de faire comme la majorité et jouant sur la durée (il faut dire que certains font ces 24h en solo, en duo ou à 4 donc avec beaucoup plus de temps de selle prévu que moi !). Il faut dire aussi qu'il fait très très chaud et que cette chaleur nous fait mal. J'ai bu mes 2 bidons en 1h, moi qui aime la chaleur c'était même trop chaud ! La stratégie de départ fixée la veille au soir étant de sortir au bout d'une heure, je respecte le panneautage et rentre au stand passer le relai à Gaïta. Je descends du vélo un peu entamé, à cause des 3 premiers tours qui m'ont mis un peu dans le rouge et je donne mes impressions à mes coéquipiers qui n'attendent que ça !! 37 de moyenne, je m'attendais à mieux mais je réalise que la côte du Dunlop va bien nous faire mal et qu'il va vraiment falloir gérer vu la difficulté que j'ai eu pour garder les roues dans celle-ci sur les derniers tours !! Deuxième relai, 21h : La course est lancée depuis 6h, ça s'est donc bien décanté et il y a du monde partout sur le circuit. 2 groupes principaux, les forts (peloton de 80-100) où ça roule à 42-43 de moyenne et les intermédiaires où ça roule de façon aléatoire, tantôt à 40, tantôt à 35 en fonction des dépassements car la composition de ce groupe n'arrête pas de changer et sa taille aussi. Après avoir mis en route ma lumière arrière rouge, je prends le relai après Johann, tout heureux de cette aventure. Je pars tout seul et j'essaie de "trouver mon rythme". Pendant 3 tours je vais tantôt rouler seul, tantôt emmener du monde, tantôt faire l'effort de prendre des roues qui me doublent. Mais je suis content, je roule bien, il y a un léger vent et l'arrivée de la nuit donne une température agréable. Je me fais reprendre par le groupe intermédiaire et là, ce fut le meilleur moment de cette course car le groupe était bien, je me suis retrouvé avec 7-8 autres mecs de mon niveau, on est resté devant à se relayer. La montée se faisait bien, ni trop vite ni trop lent, la nuit tombait, c'était un peu magique comme moment. 1 tour fait "à bloc" quand les meilleurs nous ont doublé, ça donne un idée de ce c'est le haut niveau en vélo (les meilleurs roulent en Elite, catégorie en dessous des pros). Forcément on n'a pas suivi dans la côte ... !! Je communique avec le panneautage au stand pour prévoir ma sortie et je me fais plaisir en faisant le dernier tour devant, emmenant ce long paquet dans ma roue. Je m'écarte à l'amorce du dernier "double droit" avant les stands et j'indique que je sors. Je prends le premier virage à l'intérieur et, au second, le groupe vient me tasser violemment, donc je monte sur le vibreur, le traverse et "clac-clac" passe sur la zone à éviter faite de rigoles profondes. Ca tape dure, je n'ai pas pu anticiper car on ne voit pas grand chose, la roue arrière a pris cher, je rentre dans les stands et là ... Pcchhhhhhhhhhhhh !!! A plat ! Ah bah oui, forcément ... Bref, je passe le relai à Gaïta en lui donnant quelques consignes. 37.3 de moyenne et je découvre que j'ai fait baisser le meilleur tour de l'équipe, jusque là détenu par Ludo, en 6'01 (presque 42 km/h de moyenne sur un tour), Yes !! Je reste dans les stands, m'imprégnant de cette atmosphère particulière à la nuit tombée, là où on réalise qu'on part pour une nuit quasi blanche et où chaque équipe s'organise pour gérer les 10h à venir. Je regarde Gaïta rouler, elle est bien, elle a le sourire, comme moi elle se régale ! A la fin de son relai on part se doucher puis on rentre au camping vers minuit pour essayer de dormir. Une partie du team y est pour se restaurer notamment. Je n'ai pas faim, on se couche et j'essaie de dormir .... C'est mort, je n'y arriverai pas, l'excitation est là. Du coup je me lève plus tôt que prévu (1h15)et prends une sorte de petit déj. Ludo rentre après son relai, on échange nos points de vue et on se dit que ça va être long cette affaire et il m'annonce que l'orage arrive, on voit les éclairs au loin !! Troisième relai, 3h du matin : C'est à ce moment qu'on se dit qu'on est en train de faire un truc bizarre .... Monter sur son vélo en pleine nuit, au milieu d'autres "fantaisistes" comme nous, ça a quelque chose de sur-réaliste et de spécial. On tient le timing prévu, à quelques minutes près. J'ai les jambes un peu lourde, j'espère tomber sur un groupe comme au précédent run, qui, avec la fatigue, roulera un tout petit peu moins vite. Johan arrive, toujours souriant. Moi qui avait peur pour lui car il ne fait du vélo de route que depuis très peu de temps et n'a jamais roulé en peloton, finalement il gère ça avec maestria !! Finalement je n'aurai pas de gros groupe sur ce relai, j'alternerai les compagnons de roulage mais je n'ai pas trouvé mon équivalent. J'ai donc roulé quasiment en solo, profitant de la baisse du vent pour faire des temps presqu'identique à l'heure précédente, 36.7 de moyenne. Au classement général, on oscille entre la 185ème et la 205ème place suivant les relayeurs, on est 8ème dans notre catégorie (6 mixte), à la bagarre avec nos voisins de box (7ème), mais dont les 2 filles sont tombées et donc qui font ne font plus rouler que les mecs. Le point négatif, c'est que les éclairs se font de plus en plus proches et on sent bien que la pluie, annoncée en fin de nuit, ne va pas tarder, d'autant plus que le vent s'énerve et souffle très fort, je pense aux tentes et aux barnums ... ça me rappelle le Tourist Trophy ... !! Gaïta prend son relai, je vais faire réparer ma roue au Stand Shimano et je décide d'aller à la douche puis aller me coucher pour essayer de dormir 2-3h. Pas le temps de finir ma douche que des trombes d'eau s'abattent sur Le Mans. Je n'ose pas sortir des sanitaires, 10cms de flotte dévalent et j'ai une pensée angoissée pour Gaïta qui doit être au milieu du circuit là dessous ... !! Sachant qu'un circuit auto-moto, c'est plein de gomme de pneu et que c'est très glissant dès qu'il pleut, là, c'est pas glop, d'autant plus qu'on entend les ambulances partir.. Je retourne au stand, Joël le papa d'Elsa guette, on s'attend à la voir rentrer, le temps passe, le stress monte et finalement .... elle passe, sans rentrer !! PTDR, quelle têtue cette bretonne ! Il lui restait 1 tour à faire .. elle le fait, non mais !! 10 min plus tard, elle arrive dégoulinante mais morte de rire !! Cédric qui doit prendre la suite n'en mène pas large. Je tente de le rassurer en lui disant de rouler très peinard et de rentrer s'il ne le sent pas, on n'est pas là pour se casser quelque chose !! Je reste au stand pendant que Gaïta se douche, Cédric assure son relai comme prévu, bravo ! On rentre en vélo au camping sous la flotte avec Gaïta et on se demande dans quel état va être le campement. On croise des barnums pliés, éventrés, enchevêtrés, ah ouais, quand même !! Ludo, Elsa et sa maman ont géré, peu de dégâts mais tout est trempé. On découvre que notre tente n'est pas étanche avec une marre de 1m² au milieu du "séjour", avec les sacs de fringue des enfants au mileu ... Mouais ... bon bah, on va ranger tout ça !! Bonne nouvelle, les enfants dorment et sont au sec, c'est déjà ça !! 1h plus tard je m'allonge j'ai à peine 2h pour dormir. Entre les bruits divers, les allers-venues dans le camping, les discussions pas discrète des voisins etc ... je m'endors 30 min. 7h45, 2ème petit déj, le vent est tombé mais il pleut toujours, plus ou moins fort par intermittence. Direction le circuit avec une tenu adaptée, en espérant que tout va bien pour les camarades ! 4ème relai, 9h : Les relayeurs ont tenu ! Cédric a passé le relai à Ludo, puis Elsa, puis Johan. Le circuit est toujours trempé donc la moyenne a bien chuté pour toutes les équipes. La prudence règne sauf chez quelques énervés aux pneus sans doute bien adaptés !! Je pars avec le coupe vent sous une pluie tenace qui ne me quittera presque pas de l'heure. Les 2 premiers tours se feront à allure prudente et progressive, jusqu'à ce que je découvre la limite de mon pneu arrière avec 2-3 légères glissades. J'adapte donc ma vitesse et mes trajectoires. Je roule tout seul 90% du temps, moins de stress en virage et pas de remontée d'eau dans le visage comme quand on suit les roues. Sur la fin, la pluie cesse et dans mon dernier tour le soleil commence à percer. Je fais 1 tour de plus, pour qu'on se recale quasiment sur l'heure "00". 33 de moyenne, fin de mes relais, soit 140 kms environ en 4h. A partir de ce moment là, j'ai envie de vivre le truc jusqu'au bout et pour éventuellement faire face à une défaillance d'un partenaire de décide de rester au stand après la douche jusqu'au bout, profitant d'un lit de camp pour m'allonger un peu. J'assiste aux relais des copains/copines, on est tous un peu marqués par la fatigue et l'effort, Le Mans c'est ça aussi, ça se lit sur les visages de tous ceux qui nous entourent !! La piste sèchera, tout le monde achèvera sa part de boulot comme prévu. On monte dans la tribune pour acclamer les premiers et surtout Johann qui aura l'honneur de franchir la ligne d'arrivée avec un sourire jusqu'aux oreilles !! Voilà, c'est fait ! On l'a fait !! 184 tours, 770 kms, un peu plus de 32 km/h de moyenne, 203 ème au scratch, 8ème en 6 mixte. Belle épreuve, très bien organisée. Belle aventure humaine. Merci à la famille Dubois, avec Cédric et Elsa à l'initiative de ce projet et moteurs dans l'organisation, merci à Mel-Anis la plus investie des non-cyclistes, merci à Ludo et Johann, merci à Joël, le papa pour tout son investissement et sa surprise au debriefing et merci encore aux sponsors qui nous ont permis de participer !! Et bravo à l'US Brédoise avec Pette et David notamment, inscrite en équipe de 4 qui ont fait une très belle course, c'était cool de vous voir les copains !!

Rechercher