Défi des ports, Quiberon (by Marie), 9 août 2015

Défi.... Jamais mot n'aura été aussi bien choisi. 
7,1 km de natation en pleine mer. En Bretagne. Pas en méditerranée, en atlantique. D'un port à un autre port. 
C'était le we dernier et il faisait beau, à Quiberon. C'était la 1ère édition.
1er DÉFI: arriver en Bretagne. 6h de route prévues, nous en ferons 8... Merci à Bison Futé qui avait juste prévu une journée rouge.
Nous arrivons enfin sur le site et là je vois des gens en combi en train de nager le long de la plage. "Oh! Des nageurs qui s'entraînent pour la course de demain!!" Dis-je... Mais non, me dit le coach, c'est la course du samedi!! Ah.... Lol! Celle où participent Xavier et Laetitia, le 3km! (Petits joueurs...) Ils ont d'ailleurs failli rater le départ à 5 min près... Merci Bison!
On arrive à les voir après la course, et là ils croulent sous le feu nourri de nos (mes) questions...
Alors?? Ça a été? Oui ct top me dit Laetitia (top?). L'eau est froide? Ah oui, très! (Glurps), y en a qui ont nagé sans combi et y a eu une évacuation pour hypothermie (génial). T'as mis combien de temps? Moins d'une heure (ah oui qd même). T'as réussi à te diriger? Oui tu suis les bonnets jaunes, on les voit bien (si tu nages vite et que tu te perds pas).
Bref, on les libère enfin pour un repos bien mérité...
Mauvaise nuit sous la tente, j'ai froid sur le petit matin. Froid?? Il fait beau, le ciel est d'un bleu pur magnifique, mais ça caille... Petit déj consistant, mais les crêpes bretonnes achetées la veille me restent sur l'estomac. Le coach mange chrono, comme d'hab (fromage et pain). Il n'a pas l'air inquiet, sauf peut être pour moi. La stratégie de course est que je fasse mes 4,3 km jusqu'au ravito et que j'abandonne à ce moment prétextant un pb physique. Je sais, abandonner c'est lâche...
Départ en navette sur le site. Tout est bien organisé pour l'instant. Retrait des dossards: j'hérite du numéro 56, le numéro du département du Morbihan (signe du destin?). J'ai mon petit moment de gloire.... Ce sera le seul. Patrick à le numéro 57, département on sait pas de quoi.
Tartinage mutuel de vaseline, je précise aux endroits stratégiques pour la course, au cas où il y aurait des gens mal pensant...
Ça monte... Le stress... Les crêpes aussi. Petit selfie de départ, je souris (pour la photo). Descente à la plage, dernières consignes de course, et le "faites vous plaisir, vous allez voir un paysage magnifique!" Il devait l'être, j'ai pas eu le temps de regarder.
Allez, on se met à l'eau... Tout le monde se regarde: Heu.... Elle est glacée non? 17,5 degrés annoncés.... Enfin au bord car 30 cm plus loin c'est du 15 degré ressenti! Bref, tout le monde réussit plus ou moins à mettre la tête sous l'eau, quand, sans crier gare, la corne de brume retentit!
Argh!!! Mais......!! Non!!!!
2nd DÉFI: se calmer. Donc je brasse. Et je me calme. Et là je réalise que c'est pas la traversée de la baie de St Jean. Va falloir crawler sinon 7,1km à la brasse, je finis à la frontale... Et je crawle. Ça va de mieux en mieux, l'eau devient moins froide. Je vois des bonnets jaunes devant, ça va, je suis. Ça commence presque à devenir du plaisir cette histoire! Au bout d'un km, je vois de moins en moins de bonnet... On passe la 1ère bouée (jaune), celle des 1,3km qu'on laisse à gauche. Tout va bien. Et on s'éloigne de la côte pour filer droit en pleine mer. Mais où est la prochaine bouée?? Je ne la vois pas, elle est trop loin, et je ne vois plus de bonnets (jaunes).... Bizarre, j'ai le soleil en face alors qu'il devrait être à ma gauche! J'ai dévié, bien sûr. Je m'arrête et j'aperçois un banc de nageurs un peu plus loin! Vite, les rejoindre!! Je sprinte pour me caler sur eux. Ça nage pas vite mais au moins on est pas seul...les kayakistes nous accompagnent et on s'arrête régulièrement pour leur demander la direction de la 2nde bouée: c'est par là! Bras tendu, doigt qui montre une direction... Où il n'y a que le ciel et l'eau à perte de vue! Même pas un petit arbre comme repère.... On arrive enfin à cette fameuse bouée (jaune) des 3,2 km. Le ravito n'est pas loin mais il faut passer entre les rochers qui se ressemblent tous! Il faut viser un petit bateau parmi d'autres avec un petit drapeau (jaune)... 4,2km déjà de parcouru. Boisson énergétique, quart de banane. Je suis un peu fatiguée mais je me sens bien. Un monsieur d'un certain âge qui faisait partie de mon banc de calicobas me dit: allez, on y retourne? Bin... Bien sûr qu'on y retourne! Je vais pas abandonner maintenant.... La honte... Et il ne reste plus "que" 2,7 km... Je pars, il me suit. Et là me dépasse une nageuse qui a un bon rythme. C'est ma chance! Je m'accroche à elle, elle me distance légèrement mais en travaillant ma glisse je maintiens le rythme. Surtout ne pas la lâcher. Oui j'ai abandonné lâchement mon vieux monsieur... On s'arrête 4 ou 5 fois pour demander notre chemin. La mer se forme, je bois souvent la tasse. Elle est très salée cette eau... Et toujours pas de bouée en vue... Un kayakiste ne sait pas où nous diriger....Enfin on voit le port!!! Yahou! Les bras tirent, sont lourds, j'ai mal au dos à force de lever la tête pour me diriger. Mais cette bouée (jaune) me donne de l'énergie! Dernier 100m, je cherche l'arrivée avec la fameuse plaque qu'il faut absolument taper. Je la vois enfin! Je sprinte. Enfin je mouline... J'ai l'impression d'être dans un mauvais rêve, quand tu cours et que tu fais du sur place....
Je lève les yeux....elle est là! Et avec ma petite main fatiguée, marquée aux couleurs du département, je la tape de toutes mes dernières forces sous les applaudissements nourris et indulgents des bénévoles. 
Ça y est. Je l'ai fait. Je suis une nageuse d'eau libre, du moins pour aujourd'hui! 
3ème DÉFI: sortir de l'eau. Je titube... J'ai le mal de terre? Fatigue? Émotion? Ça a fait pareil au coach qui m'attend à l'arrivée déjà tout habillé. Il m'espère depuis une heure déjà...Il a demandé à l'organisation si le 56 avait abandonné... Et non! 
Ma copine de galère vient m'embrasser... C'est chouette ces moments de partage que seul le sport peut créer! Tiens, elle est plus jeune que ce que je pensais...
Ravito d'arrivée... Ils ont déjà fait les podiums et donné les récompenses. Je suis dégoûtée car je pense avoir mis plus de 3h alors que je voulais mettre 2h30...on file voir les résultats: Patrick finit 31eme en 1h58'52.... Pffff! Quelle machine! Et là, tout en bas, à un concurrent de la fin, mon nom et celui mon club!!! 2h56'15!!!! Je suis classée! Jamais je n'ai été aussi contente de finir avant-dernière! Les autres, et il y en a eu après moi, n'ont pas eu cette chance....il y avait un gros niveau: le 1er homme finit en 1h30'53 et la 1ère féminine en 1h48'32.... Ça laisse rêveur.... 
Ma récompense à moi sera une bonne bière parce que j'avais soif, et une galette saucisse locale.
Je n'ai pas quitté le tee-shirt de la course de tout le we. Personne ne savait, moi si. Je savais quel effort j'avais fourni et j'arborais ça comme mon plus beau trophée.
Je dois remercier mon coach, qui est aussi mon chéri, pour avoir cru en moi, et pour m'avoir poussé dans mes retranchements pour sortir le meilleur de moi-même et vaincre cette épreuve magnifique.
Oui, le paysage est sublime et monstrueux de distance. Mais je l'ai fait. Et je suis fière de moi. Enfin.

Rechercher