Mimizan 2016 vu par Olivier B

Compte rendu Triathlon Mimizan 2016-05-16 par Olivier :o)

Finalement, j’ai fait court :D

Caro est partie à la piscine, je prépare toutes les affaires pour un départ de chez moi aux alentours de 10h. Marie (Celle que chaque triathlète mail check dans le parc vélo, celle qui répond au nom de « la Malie » ou plus simplement de « l’ancienne »), doit venir parquer sa tuture chez moi. Arrivée de Marie un peu à la bourre :D, on charge le tout dans la Benz…Marie se met du cambouis sur son beau tee shirt blanc (au fait, il a survécu ?) vu que nos chaines sont en mode « vélo du ghetto ».

Et c’est parti ensuite pour un petit voyage sous le signe du rire de Marie !

Après un voyage sans pannes (héhé) nous arrivons dans notre lieu de stationnement pour retrouver les quelques courgettes présentes, en leur donnant une petite bouffée de particules de Gazole (qui se sont libérés en course, je l’espère, garantissant un surcroit de performance).

Tout le monde mange et c’est ensuite le moment de la pause visite sanitaire.

Armé d’un rouleau de PQ tout neuf je parviens à trouver un chiotte libre. Mon affaire finie, je me rend compte que j’avais marché dans une crotte humaine, du pieds droit (ceci va expliquer mes contre performances du weekend end) et c’est la mort dans l’âme que je rejoins la troupe ! C’est pas bien de se moquer !!

On part ensuite s’installer avec Walter, Gérald et Damien à notre emplacement vélo. Chacun répète les gestes, afin de ne rien oublier.

Nous partons ensuite rejoindre le bord de l’eau pour assister aux premier départs (le notre est à 16h45 si je me souviens bien : nous avons le temps.)

Nous convenons d’une arrivée à 4, en équipe. J’avais prévenu que je n’était pas du tout au niveau en vélo et en cap mais ils m’ont rassurés et m’ont dit que le principal : c’est de passer un bon moment ensemble : Bravo et Merci les gars !!! J

Sur la plage, nous assistons au départ de quelques courgettes (je prodigue à Rémi mes derniers conseils de pro…) et notre équipe repart tranquillement vers le camp de base, afin de s’équiper. Sur notre route, nous avons pu assister à la ruée de quelques triathlètes verts en direction du parc à Vélo.

 Le matos de nage récupéré, c’est à notre tour de s’équiper. On se briefe avant, Le premier oriente les autres et surveille, on part tranquille… et on s’attend au parc.

C’est parti, on se jette à l’eau, je fais un plat magnifique dans 50cm d’eau et je commence à poser ma nage, tranquille, en 2 temps comme j’aime le faire en eau libre. Je surveille à ma droite et je vois une courgette à ma hauteur, qui accélère…Allez c’est parti, j’accélère à mon tour en me disant : il est vénère le vert (je ne savais pas que c’était Walter à ce moment).

Très vite, il a ralenti, et j’ai fait de même, afin de me préserver pour le vélo. Je me retournais de temps en temps pour lever un membre afin de faire balise, afin d’orienter le groupe (c’était mon bras droit Jacques, je te vois venir !!) et c’était reparti. Nous avons croisé un triathlète en difficulté, entouré de ses amis, je les ai encouragés et j’ai eu quelques sourires.

Je double encore en passant la bouée : dernière ligne droite ! C’est passé si vite !

 

La plage se dessine bientôt et je continue sur mon rythme, je suis bien et je sors de l’eau marchant et trottinant lentement (bizarre, je n’arrivais pas à courir…)

Nos vélos étaient bien placés, et je m’attache à présent à tranquillement sécher mes pieds et mettre les chaussures. Les gars sont arrivés ensuite, on se prépare, et on y va ! C’est la que je vais prendre cher (ha ouais non en fait, la course à pied sera pire :D).

C’est donc parti pour 20 kilomètres de vélo. J’ai pris quelques relais de 25-20 secondes au début mais nous en avons convenu (sans avoir besoin de se parler) que le boulet restera en queue, histoire qu’on puisse mettre moins de 2 heures pour faire un S :D

Je n’ai jamais été aussi vite aussi longtemps sur du plat en vélo, c’était vraiment vraiment chouette, franchement les gars, merci !

J’avais du mal dans les relances, il ne fallait pas trop s’écarter sous peine de devoir énormément forcer pour reprendre (à plus de 40 l’écart ne pardonne pas).

J’avoue, j’ai crié quelques fois pour qu’on m’attende le temps que je recolle, mais je suis malgré tout fier de moi pour le temps vélo réalisé (Je n’ai quasi pas roulé de la saison…hum hum).

On arrive sous un tonnerre d’encouragements de quelques membres du club (et de quelques alcooliques notoires) et c’est parti pour la partie CAP.

Cette partie a été éprouvante pour moi : j’avais du mal à courir, je me suis littéralement trainé, ralentissant le groupe…mais les mecs ont été supers et m’ont encouragé tout le long de cette « balade » de 5km.

Quand nous arrivons, nous accélérons légèrement afin d’arriver en mode « t’as vu la puissance Rémi ? »

Au final, un chouette moment pour moi, partagé je l’espère par les copains du club que sont Gérald, Walter et Damien. J’ai été encouragé aussi bien sur le vélo que sur la cap et ce fut vraiment génial J

Les temps ?

Temps Final : 1.21.16

Temps Natation (sortie de parc à vélo, avec le vélo) : 20.05

Temps Vélo : 32.14 (pas si mal vu que j’étais de la partie). L’équipe de Nono met 32.06 et les parpaings 34.30 !!

Temps CAP : 28.57 (bon la, comment dire, les gars auraient pu courir à cloche pieds à coté de moi :D)

 

  1. : l’envie de vraiment s’y mettre et de remettre ça l’année prochaine, avec pour objectif de faire beaucoup beaucoup mieux J

Après m’être remis de mes émotions du relais, je pars avec la Marie retirer mon dossard pour le M du lendemain. Nous patientons 30 ? 45 minutes (à vrai dire, j’ai arrêté de compter) avant d’avoir le précieux sésame.

A cette heure, des courgettes avaient déjà déclenché les hostilités au camping...

Nous rejoignons le camping donc l’emplacement où nous retrouvons Flavien et Nico. Quelques douches sont prises et zou nous voilà porteurs de chips, bières, chaises et autres joyeusetés.

A l’emplacement des Moy, nous rejoignons la troupe et prenons une bonne Grim, un verre de Paquito® ou la délicieuse bière brassée maison de notre ami Nico.

Une soirée sympa donc, un anniversaire fêté comme il se doit (avec de beau rollers), du saucisson, de bonnes pates faites avec amour. En ponctuation de cette soirée : la mémorable tarte de Rémi (il nous menaçait si on finissait pas la croute) contenant 3 ingrédients : Pomme, Rhum et Assiette en carton (j’ai pas reconnu la marque par contre :D).

 

Merci Rémi en tout cas, cette tarte a été faite avec le cœur et c’est pour ça que j’en ai repris le dimanche la larme à l’œil !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche :
 

Lever 8h45 le dimanche et petit déjeuner (Nico avait été chercher les croissants :p)

Marie a refait des pates (excellentes d’ailleurs) pour le repas du midi.

Pas de catastrophe notoire le matin au camping, nous partons donc rejoindre le camp de base à coté de la zone de départ…où nous retrouvons comme la veille quelques courgettes allongées sur des tables de tissu.

Après le repas de midi (avec ma fourchette de dinette), direction la zone sanitaire pour le dernier check up des sanitaires. Avec cette fois une inspection minutieuse du trône (une fois, pas deux hein !). Je repars triomphant de cette victoire contre Jacob Delafon et rejoint les autres au camp de base : ils sont déjà prêts pour le parc à Vélo.

Ha et j’oubliais, nous avons roulé un peu le matin en petit groupe (avec Philippe) afin de déposer les chaussures et la casquette dans le parc-plage.)

Nous partons donc pour le parc à vélo, où nous posons Nico et moi nos affaires (nous ne sommes pas loin l’un de l’autre). C’est ensuite le moment de rejoindre la troupe au bord de l’eau, et de rigoler un bon coup avant le grand plongeon J

Je me place bien à gauche. Le speaker ordonne à tout le monde de reculer sur la berge et Pan, c’est parti !! Ça court vite devant, je suis le troupeau et je plonge, je reste calme, en posant ma respiration (souvenirs d’asphyxie l’année dernière à la Ferté Bernard où j’avais du brasser pendant 200m, étant parti trop vite).

Ça ne bastonne pas, et je suis la bouée rouge, je chauffe les bras sans trop en faire (il faudra enchainer après et la CAP me fait déjà peur…).

Pendant la nage, je double, je me fais doubler mais pas d’accrochages, c’est cool. J’arrive vite à la bouée et hop, on pivote pour suivre la prochaine bouée rouge, et au lieu d’accélérer, je vais plutôt conserver ce rythme qui me va bien.

Je fais attention à mes appuis, à ma respi (en deux temps cool, avec un œil devant de temps à autres) et c’est la plage que je vois bientôt…Je nage et je pense à la suite de la course, ne pas trop se griller au vélo (mon plus gros point faible), la plage se rapproche encore…et je sors enfin de l’eau : je ne regarde pas ma montre, je trottine lentement dans le sable, pas besoin de me griller maintenant. 30m avant l’arrivée, je sentais quelques débuts de crampes au jambes…peu importe. On verra bien… :D

J’arrive tranquillement au parc à vélos, j’enlève la combi direction sac poubelle prévu à cet effet. Hop, séchage rapide des pieds pour mettre les chaussures (je sais pas combien de temps j’ai mis mais ils étaient propres…va falloir que j’arrête avec ces transitions pouraves :D), Un petit granny dans la bouche, je le mange tranquille, j’en mets un autre dans la trifonction ainsi qu’un gel, un coup d’eau, casque, lunettes,  et c’est (enfin) parti !

 

Le vélo était vraiment sympa, roulant (nickel pour moi), un peu de vent certes mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Le coté moins sympa : c’est de se faire doubler par tout le monde, comme je m’y attendais, je suis extrêmement faible à vélo, et ce fut la bonne descente des familles dans le classement :D. Je suis arrivé à rattraper quelques filles, un petit coucou au passage à Patou avec un encouragement et ça continue J.

J’ai espéré ne pas me faire rattraper par les gars du club partis lors du second départ…et ce fut le cas pour la plupart :D Nico m’a doublé comme un avion cela dit :p (Rémy et quelques autres se sont cassé la main sur mes fesses, lors de la course à pied).

Sur le vélo, j’ai mangé ma seconde barre à mi chemin, tout en m’hydratant régulièrement.

Pas vraiment de difficultés, et du plaisir dans les quelques petites descentes (vitesse max 65 sur le parcours), quelques virages avec de l’angle… :p

J’arrive enfin au parc à vélo, je prends mon temps pour chausser les running tranquillement, prendre un petit gel et deux gorgées d’eau…et c’est parti !

Au bout de 30 mètres, mes cuisses sont en feu, je n’arrive pas à avancer…c’est très très dur…mais bon. On va le faire hein !!

Je m’arrête au bout d’une minute pour m’étirer un peu : erreur, les crampes se déchainent, ok….on va plus toucher aux jambes…juste se trainer pendant les 9500M restants…et c’est parti !!

Le parcours n’étant pas super plat (salut la côte à faire deux fois), j’ai bien bien ramassé. Je me suis arrêté à tous les ravitos pour prendre de l’eau et reposer un peu les jambes, ce fut bénéfique. Même si je ne pouvais aller plus vite, je pouvais repartir.

Le truc pas facile, c’est quand tu commences ton premier tour, et que tu te fais doubler par des gens qui en sont à la fin du second. Pas facile pour le mental.

Rémi me doublera en ville, ainsi que Pierre et David un peu plus loin ainsi que Romain (qui me dira que je suis en mode cool l’enfoiré :D).

Beaucoup d’encouragements en ville lors du second passage, sans oublier celui des supporters villenavais présents ! Porté par le public en délire, j’ai augmenté ma vitesse…je pensais être arrivé…erreur fatale…au bout de 200m, les cuisses ne voulaient plus avancer. Je m’arrête, attends deux secondes et c’est reparti…c’est fou comme ça fait du bien de faire une pause, même courte.

J’arrive en vue de l’arrivée, et monte le dernier faux plat où a été déroulé un beau tapis vert en mon honneur...je croise Nono qui descend tranquille (il a du arriver il y a looooongtemps J )et qui m’encourage. J’aimerai bien sprinter comme un cochon, comme à mon habitude mais c’est impossible, je sens que si je force, je pourrais le regretter…tant pis, je monte sur le petit pont de bois et passe sous la ligne, c’est fini, c’était génial malgré le fait de ne pas avoir pu courir vraiment…

Temps Total : 2.51.46 (et merdeuhhh)

Temps Natation + transition hautement efficace :D : 31.51

Temps Vélo : 1.27.59 (no comment)

Temps CAP : 51.56 : il y a moins de 10km non ?

  

Félicitations des uns et des autres ensuite, petite collation et c’est bientôt le départ.

Philippe et Marie m’ont ramené au camp de base (merci encore). Un dernier au revoir à Flavien et Nico…je suis rentré tranquille au doux son du 5 en ligne de Stuttgart. Le retour ne fut pas encombré de bouchons, et ce petit High Hopes de Pink Floyd dans les oreilles m’a rendu tout chose sur l’autoroute…Ces rires, ces encouragements, un super moment avec l’équipe sur le contre la montre, ces discussions bagnoles/moto avec Flavien, les moments vaseline partagés entre connaisseurs du tube (héhé), La pasta/saucisson/bouasse party.

Il y a un an, je me suis fait un M, et un S, tous les deux en Sarthe.

Cette année, ce sont mes premiers tris faits avec le club, dans une ambiance club : un grand moment J

Ce week end m’a donné ce qui me manquait je pense afin de vraiment me pencher sur la question (mes heures de présence piscine et pire…mes 0 sorties vélos de l’année en témoignent xD). J’ai pris mon pied, et j’en redemande !

 Merci à toutes et à tous pour vos encouragements, à mes copains de chambrée (Marie, Nico, Flavien, Ludo), à mes copains du CLM (Damien, Gérald, Walter). Merci à l’organisation, à Grim, Bouasse, pâté de Nico, Paquito®, Chips aromatisées et autres pates pleines d’énergies.

 

Rechercher