Le site du Triathlon de Villenave d'Ornon

CR du LD de Sireuil vu par Sébastien


 CR du LD de Sireuil en Charentes :

Après presque 2 années et demi sans triathlon pour des blessures récurrentes, la saison 2018 semble se présenter dans de meilleures dispositions (merci à Loic qui m'a remis sur les rails).

Le LD de Sireuil (3/80/20) est mon 2ème tri cette saison après un M à Lacanau pas vraiment fait pour moi, un parcours vélo roulant et un nombre de concurrents trop important sur le vélo qui t'oblige presque à freiner pour rester dans les limites.

A Sireuil c'est différent, avec un vélo un petit peu plus sélectif de par le D+ et un nombre de concurrents beaucoup moins important.

J'arrive un peu à la bourre sur place, oui on y va en famille, entre les enfants et les 2 chiens et le 5008 qui n'a presque plus de carburant c'est chaud. A peine arrivé sur place, retrait du dossard,  je croise Vincent B qui est sur le S, je le vois facilement parce qu'il est tout  en vert, on échange 2, 3  mots voir 10, il est préoccupé car il recherche ses clefs de voitures. Bref l'un comme l'autre on est dans le speed. Je reviens préparer mes affaires à la voiture et déjà sur le parking il ne reste plus grand monde, je finis par regagner le parc à vélo ouf il est encore temps, je pose le vélo les affaires, le briefing commence, le temps de mettre la combi et hop on doit déjà se diriger vers les bennes des tracteurs qui nous amènent 3000m plus en amont (Nat de 3000 avec le courant). Je peux enfin souffler un peu , le cadre est champêtre et tout le monde semble détendu.

Départ de la nat, eau à 18, je la trouve plutôt bonne, il y a environ 120 à 130 participants avec les relais, il n' y a pas foule, on trouve la place dans la charente sans trop se monter dessus. Départ donné, rapidement les écarts se font devant comme derriere, je m'accrocherais avec quelques a coups et changements de cap tout le long à un petit de 2 ou 3 nageurs. Pendant ce temps c'est un déluge qui s'abat sur Sireuil mais nous dans l'eau on ne sent rien. Je sors 34 de l'eau sans trop de dégâts, arrivé dans le parc, le déluge l'a transformé en terrain de boue, je prends le vélo les roues sont pleines de boue et le chaussage sur le vélo promet d'être lui aussi boueux. A vélo la consigne est simple 40 kms allure M puis 40 kms allure IM. Ok mais dans la tête c'est chaud de partir vite sur un long, on verra bien.  


Environ 2 ou 3 kms après le départ, mon bidon saute et s'envole, mince, pas le temps de m'arrêter, sinon la course est foutue, à ce moment la je ne sais pas si il y a des ravitos et combien, sur 80 kms ça serait quand même bien. Oui c"est bien organisé, et je peux prendre des bouteilles d'eau au vol tous les 10 kms. Le vélo est valloné avec 900D+ un parcours qui me convient , je remonte petit a petit des concurrents, je relâche petit à petit l'allure pour respecter la consigne. Je pose le vélo avec un 34 de moy , ma femme m'annonce 13ème, c'est bon je suis rassuré, elle sait que la CAP est plus mon domaine et m'annonce que j'ai 2 ou 3 concurrents à aller chercher devant. Il fait maintenant chaud et humide, tout le monde souffre une peu, la CAP est composée de 3 boucles avec à chaque fois 2 petites cotes bien casse patte. le rythme est s'installe au bout de 2 ou 3 kms, y a plus qu'à ...tenir les 17 18 kms restants, c'est 40% le physique et 60 % dans la tête,  je reprends petit à petit 3 concurrents, je passe la ligne 10ème, je réalise ma chance d'avoir enfin revenir sur un tri LD et je savoure, j'aurai tenu avec une allure moyenne de 4'16.

Un résultat à relativiser compte tenu du petit nombre de participants mais ma moyenne à vélo et à pied me comblent amplement.

Je me tourne maintenant vers l'objectif de la saison, le LD de l'Alpe d'Huez avec entre temps l'half de l'altriman. Ca sera bien différent avec du D+ à vélo et à pied.

Rechercher