Compte rendu Christine et Olito Raid Puymirol

Bonjour à tous,
 
la semaine dernière, Christine m'a fait l'honneur d'être ma coéquipière pour aller faire le raid de Puymirol,
au cas où ça vous intéresserait de savoir comment ça se passe en dehors du triathlon,
je vous fais partager ce compte rendu.
 
Olivier (et Christine en rouge)
 
Le raid de Puymirol était sensé être un petit raid, 32km annoncés dont 17 à VTT, le tout en orientation.
On partait donc pour 3h de footing et de rigolade...
 
Avant le départ je précise bien la stratégie : On ne suit jamais les autres, on oriente et on fait notre course
"Découverte court", c'était son nom...bon, déjà, Olivier pendant le trajet m'annonce qu'on va faire 15 à 20km à pied...ah, quand même !

départ CO très courte autour du terrain de rugby, nickel,
sans me tromper, je trouve toutes les balises  (visibles depuis le parking)

VTT "road book" : déja j'aime pas ça, mais en plus là, les 3 premières indications n'avaient aucun sens!! (pas de flèche) donc on a suivi le troupeau au pif et miracle, c'était bon,
on s'est retrouvés dans le dernier tiers, tranquille, et puis le VTT se finit sur un single non roulable...
avec les coureurs qui arrivaient en face, Grrr!
 
ensuite trail de 4km "suivre le balisage jaune" donc on a suivi le balisage qui était tantôt jaune, tantôt bleu, tantôt orange et parfois toutes ces couleurs à la fois.
au bout d'une heure qu'on courait, on se dit que c'est la merde on se dit qu'on est vraiment très lents ...
...et on réalise qu'on est revenu sur  le même parcours qu'au début du trail  (on a fait une boucle de 6km pour rien !!) sauf que cette fois-ci, un mec nous fait tourner à gauche dans un champ, il nous a reprochés de ne pas avoir vu une flèche rouge qui était tombée face contre terre et qui nous aurait permis de tourner au bon endroit => bref on a fait 10km de trail au lieu de 4...
pendant tout ce trail, on était aux coudes à coudes avec un petit-gros et sa copine qui n'avait jamais couru de sa vie et une maman avec son fiston de 11 ans qui orientait plus vite que nous.
bon là, Christine avait tout donné, il faut avouer que ce trail (x2.5) était franchement vallonné.

Moi, j'étais totalement désespérée: je ne parvenais pas à trouver un rythme même lent, j'étais obligée de marcher et ça n'en finissait pas ! J'arrêtais pas de me dire qu'on était au début et que je ne tiendrai jamais...d'autant que les distances annoncées me semblaient fantaisistes.

après on avait VTT "suivi d'itinéraire", (on repart encore face aux derniers coureurs sur le single ou il faut porter le VTT, et enfin, ça commençait à ressembler à un raid normal avec un beau parcours, une montée impossible...
... et une coéquipière qui a des crampes.

d'habitude, ce doux plaisir m'arrive au bout de 3 ou 4h de course...là, c'était au bout d'une 1h30 !!!

belle performance : 6km de VTT (bien vallonné) en 40 min environ. j'ai super bien orienté, d'autant plus que comme on était dans les derniers, le chemin devant était parfaitement balisé de chasubles fluo.
on pose les VTT et on se fait une petite CO sur un plateau, pas facile, 
J'ai eu un peu de mal et heureusement  un peu de bol aussi sur 2 balises que je n'aurais jamais trouvées tout seul.
C'est là que j'ai commençé à fatiguer, (Christine n'a rien vu, je crois qu'elle regardait juste ses pieds qui refusaient de courir). Heureusement qu'il y a eu du cake au ravito, j'ai bouffé comme un goinfre, vidé la boite de gâteaux et rien laissé aux autres...pendant que Christine mettait toutes les fléchettes à coté de la cible.

Ah, y avait une cible ? (eh, je n'ai blessé personne avec les fléchettes, c'est déjà pas mal !).

 
On fait notre pénalité et on repart...
 
VTT "roadbook-photo" avec de chouettes photos à contrejour où on ne voyait rien
mais aucun problème pour moi car le chemin était toujours tracé avec les mêmes chasubles fluo devant.
une bataille molle s'est engagée avec toujours les mêmes équipes : on les doublait à la force de la pédale et on les attendait en faisant passer les crampes de Christine. (ça m'a donné le temps de bouffer encore des gâteaux).

Christine pourra même témoigner que j'ai été un gentleman et que j'ai aidé l'équipe de la maman avec son fils
(en fait ils étaient coincés devant nous et pas moyen de passer sinon)
 
Je ne sais pas si c'est à ce moment là, que je me suis roulée dans la boue... car je l'ai fait à plusieurs reprises (essayez de grimper une côte boueuse tout en poussant votre VTT et avec des crampes en plus !)
petite CO urbaine (là on est à 3h de course, on devrait avoir fini!)
 
là, c'était plat et sans boue...un moment de répit pour moi !
Xav et Arnaud repartent quand on arrive, ils ont 30 min d'avance, mais nous on a 30 crampes et 1kg de gâteau d'avance.

on tire droit au but et on prend bien les balises, il faut dire qu'en courant à 3km/h et que j'ai le temps de lire la carte ! (attention ce n'est pas une critique de Christine, moi j'étais cuit tout pareil).

Des équipes de nuls, de gros, de vieux et de gamins nous ont un peu distancé, ils devaient filer à 4km/h, c'était digne d'une course  de vieillards : des dépassements avec une différence de vitesse de 0.01 km/h.
mais nous on a un moral d'acier, on n'a pas bronché, on a continué à se hâter avec lenteur.

on repart sur une dernière section VTT, encore aux coude-à-coude avec les mêmes impotents, mais finalement, à la faveur d'une cote bien sentie, on les double, Christine en laisse, et en leur faisant des bras d'honneur et quelques grimaces.

On arrive tant bien que mal à la dernière épreuve avec une carte quadrillée ou chaque balise nous donnait les coordonnées de la balise suivante,
>
Christine m'annonce qu'il y aura 10 balises., on fait nos 10 balises à la vitesse d'un déambulateur rouillé (je cours comme un robot mais Christine ne s'est toujours rendue compte de rien,
elle continue à s'excuser de nous retarder sans comprendre que je peine à la suivre)
Arrivé à la 10° balise, ouf ! on va pouvoir manger ? ... puis je vois qu'il y en a une 11°... à l'autre bout de la carte (pas plat)
>

là, on comprend le pourquoi de l'éclairage, des chasubles...fait nuit !
> mais comme on a arpenté la colline de long en large et en travers, bah, on n'a même pas mis nos frontales: au 14ème passage, on connaissait tous les trous de la colline !
>

puis une 12 °, encore de l'autre coté puis une 13°, là j'ai failli craquer et j'ai remercié le ciel de ne pas avoir choisi le raid long

à l'arrivée j'étais fatigué comme après le raid PPA et j'ai encore vidé le ravito. et je suis fier de moi car je n'ai pas râlé pendant le raid et presque pas râlé après.
Et je suis encore plus fier de Christine qui n'a pas râlé du tout!

...bon, tractée par Olivier, on a quand même franchi la ligne (4h45 au lieu de 3h waouhhhh) mais franchement, moi, j'en ai trop bavé pour apprécier l'épreuve.
> Je crois qu'il faut que je me cantonne à du terrain (plus) plat !
> Mamie
>

Les news !!

Rechercher